Accueil 

« Retour | Archives | La une | Environnement
Le 15 janvier 2010 Volume 25 Numéro 2
L'Aquilon

Réchauffement de la planète: Un objectif à réévaluer

Maxence Jaillet



Réduire moins de 1 % des émissions de gaz à effet de serre des TNO avant 2011, c’est l’objectif actuel du gouvernement territorial pour altérer l’accentuation du changement climatique. Cet objectif découle de l’unique but fixé par le GTNO, qui est de réduire de 10 % d’ici 2011, les émissions de gaz à effet de serre des installations gouvernementales par rapport à 2001 (les activités du gouvernement émettent 1/12 des émissions de carbone des TNO).

Les prochains travaux de l’Assemblée législative débutent le 27 janvier, et certains membres de la délégation ténoise ont exprimé leur volonté de faire plus pour combattre le changement climatique. Le premier ministre, Floyd Roland a indiqué par voie de communiqué que « nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre que le gouvernement fédéral négocie ou détermine quelles actions nous allons prendre. En tant que résidents du Nord, nous observons et réagissons déjà aux impacts du changement climatique dans notre région ». Déçu que la conférence des Nations Unies n’ait pas débouché sur une entente sur des réductions globales, le premier ministre estime qu’il en revient aux résidents du Nord de prendre les devants en réduisant leurs propres émissions démontrant ainsi qu’il existe un appui à travers le Canada pour inciter la nation à prendre des mesures plus drastiques.

Le député de Weledeh, Bob Bromley, qui a fait partie de la délégation des TNO à COP15, déclare que c’est cette volonté qui est le véritable bénéfice de cette visite européenne. Il pense que les objectifs du GTNO pourraient changer lors de la prochaine session législative.

« Le monde entier est au courant du changement climatique et convaincu par la science. Ce qui contribue beaucoup à cette volonté de faire quelque chose pour atténuer son impact », rapporte-t-il. Il précise lui aussi que ce sont véritablement aux gouvernements municipaux, régionaux et territoriaux, pouvant manœuvrer plus facilement que le gouvernement fédéral, d’exercer leur volonté et leur pouvoir décisionnel afin d’entamer eux-mêmes le changement et de déterminer leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre. « Le GTNO a besoin de légiférer, inciter et identifier un objectif clair pour transférer cette volonté aux ténois », ajoute-t-il.

Bob Bromley anticipe qu’un nouveau plan soit agressivement mise en place pour par exemple légiférer adéquatement le développement futur des TNO. Il cite par exemple le projet du gazoduc du Mackenzie qui ne possèderait actuellement aucune limite d’émission.

Dès 19h, le 21 janvier prochain, les trois députés et les deux ministres qui se sont déplacés à Copenhague seront présents lors d’une réunion publique organisée par Ecology North au Northern United Place, afin de partager leurs expériences et leurs perspectives.

C’est un délégué de la Jeunesse canadienne à Copenhague et employé d’Ecology North, Daniel T’seleie, qui organise cette rencontre. Il croit que les participants vont parler de leur vision personnelle du voyage, alors que chacun avait des intérêts et des responsabilités différentes lors de cette réunion internationale.


Editeur : L'Aquilon


« Retour